Catharisme et Kabbale : origines et influences

Conférence
Jeudi 27 septembre 2018 à 20 H 30
au Grand Hôtel du Tonneau d’Or, 1 rue Reiset à Belfort

La diversité du Catharisme montre qu’il n’était en rien dogmatique et laissait à ses différentes composantes une totale liberté de réflexion sur les sujets théologiques. Ce même état d’esprit prévalait dans la Kabbale, née à la même époque, dans le même espace géographique, « dans un milieu ouvert, fertile et controversiel ».

De fait, la ressemblance entre certaines doctrines cathares et celles qui se trouvent dans les livres majeurs de la Kabbale (Sépher ha-Bahir, Zohar, …) ou dans les écrits d’Abraham Aboulafia, ne laissent pas d’interroger. Dans le climat de libéralisme doctrinal qui caractérise le Languedoc au Moyen-âge, rabbins et parfaits cathares ont-ils pu se communiquer leurs livres et s’accorder sur certains thèmes ? Dans les synagogues se conservaient parfois de vieilles bibliothèques contenant certaines survivances des littératures religieuses des premiers siècles de notre ère. Se peut-il que le Gnosticisme – dont sont nourris le Catharisme et la Kabbale – se soit maintenu en Occident d’une manière plus ou moins clandestine ?

A la question : « quels rapports y-a-t-il entre les juifs et les cathares ? », nous pourrions répondre « aucun et les meilleurs » ; ceci pour illustrer l’ambigüité de ces rapports. Ainsi, pour les hérésiologues et les inquisiteurs, juifs et cathares sont des hérétiques ; pour certains groupes cathares le Judaïsme est une erreur, mais d’autres groupes utilisaient dans leurs prédications des textes de l’Ancien Testament et des mythes d’origine juive. Leur exégèse de plusieurs passages bibliques est d’ailleurs comparable à l’esprit de la Kabbale, ce qui pourrait les désigner comme des précurseurs des Cabalistes chrétiens de la Renaissance.

Mais, au final, juifs et cathares lisaient l’histoire d’Israël comme leur propre histoire : une description de la chute et de la remontée des âmes dont l’origine était céleste.

Participation aux frais : 6 € – Etudiants : 3 €

Pour tout renseignement :
AMORC Erik Satie, 12 ter rue Leclerc – 90400 Danjoutin, tél : 03 84 21 51 79
courriel : amorc.satie@gmail.com